Ankazobe, au coeur de Madagascar

Ankazobe
Ankazobe est une ville des hauts plateaux malgaches de la province de Tana ; c’est une sous préfecture. Elle est située à 90 km de la capitale, en direction de Mahajunga. Sa superficie est de 3 000 km environ en intra-muros et sa population atteint environ les 15 720 habitants.
« Ankazobé » à prononcer [ankazoubé], signifie en traduction littérale « là où il y a de grands arbres« . Cette traduction n’est plus adéquate à ce jour car il n’y reste malheureusement pratiquement plus d’arbres.Aujourd’hui, les immenses forêts qui bordaient cette localité sont presque complètement décimées par la déforestation et les nombreux feux de brousses…
Ces forêts sont constituées essentiellement d’Eucalyptus, et le bois de cet arbre sert à ce jour à fabriquer du charbon de bois qui est très précieux, car c’est le seul combustible pour la cuisson des aliments.

Climat

Le climat et les saisons par rapport à la France sont bien différents puisqu’on ne compte que deux saisons : la saison sèche, correspondant à l’hiver qui s’étend du mois de Mai au mois d’Octobre ; et la saison des pluies, correspondant à l’été, qui s’étend donc du mois de Novembre au mois d’Avril.

Faune&Flore : la réserve naturelle d’Ambohitately

Protégée, elle se situe à 40 km d’Ankazobe, sur le plateau du TAMPOKETSA. Là, la faune et la flore sont protégées par les eaux et les forêts. C’est la réserve d’Ambohitately. 1 800 ha de forêt naturelle et 3 800 ha de savane herbeuse. Ce sont les derniers vestiges de forêt primaire, royaume de quelques lémuriens « Eulemur fulous » et le ciel de prédilection de quelques oiseaux (48 espèces sont dénombrées), 17 espèces d’amphibiens, autant de reptiles ainsi que des rongeurs complètent la liste. La réserve comprend 35 familles de végétaux

Les structures d’Ankazobe

A Ankazobe, il y a une gendarmerie, quelques écoles privées qui fleurissent par ci par là ; une école primaire publique où la majorité des enfants se rendent par demi journées (certains faisant très tôt le matin ou très tard le soir de nombreux kilomètres pour s’y rendre). Pour entrer à l’école publique, un droit d’entrée doit être payé à la première inscription, les fournitures scolaires sont fournies en partie. Un collège accueille quelques élèves favorisés, et un lycée placé à la sortie de la ville (à environ 5 km) accueille les plus favorisés également.

Il y a aussi un hôpital, ou plutôt un centre de santé où une maternité accueille de futurs mamans sur des lits dépourvus de draps, de couvertures, et il faut savoir qu’il faut dans tous les cas (accident, maladie, intervention) fournir les médicaments et le matériel nécessaire au confort du malade, ainsi que la nourriture du malade hospitalisé. Seul un set d’accouchement est offert par l’état pour chaque naissance. Un bloc opératoire permet exceptionnellement de sauver quelques vies (césariennes, appendicites, occlusions, hernies…).
En effet, cette ville n’ayant pas d’eau courante ni une électricité permanente, les soins d’hygiène et de confort sont donc très souvent absents dans ce centre de santé.
On peut aussi se ravitailler en essence car il y a une station service. Des taxis brousses permettent ainsi la liaison avec la capitale de façon quotidienne.
De nombreux Hotely existent : ce sont de petites gargotes où sont servis des repas chauds, de préparation douteuse mais où on peut quand même se restaurer car du pain, conserves et autres fruits y sont vendus. Est également établit un hôtel de 6 chambres sans réel confort.
On y trouve de nombreux édifices religieux : églises, temples et autres lieux de cultes.

Alimentation & santé

La base de l’alimentation est le riz, souvent remplacé par le manioc bien moins cher mais peu rassasiant. La manutrition est donc malheureusement la cause de nombreux décès surtout chez l’enfant sevré.
L’absence de campagne de vaccinations cause aussi de nombreux décès chez les enfants lors des épidémies de maladies infantiles (rougeole, varicelle, coqueluche…), la peste bubonique reste un fléau : elle est transmise par la piqûre de la puce d’un rat ou d’un rongeur infecté et est très meurtrière car il n’y a pas de traitement antibiotique. En l’absence de traitements efficaces, une septicémie entraine souvent la mort en 36 heures…