Anecdotes sur le voyage à Ankazoube – l’école (Partie 1)

En novembre 2017, Jeanine s’est rendue pour la première fois à Ankazobe avec les représentants français de l’association. Voici quelques anecdotes qui l’ont marqué lors de sa visite à l’école.

Visite de l’école

Pour se rendre à l’école qui est située sur une colline, on monte par un chemin de terre mais on n’est jamais seul pour le gravir. Dès que l’on arrive dans le quartier, on rencontre des enfants de l’école, s’ils n’ont pas cours, ou leurs petits frères et sœurs.

Plus on monte, plus le groupe s’agrandit car même en portant leur petit frère ou sœur, ils sont plus rapides que nous.
Nous entrons dans la cour accompagnés par tous les enfants. Pendant les cours les petits frères et sœurs restent devant le portail et jouent.

De l’école, il y a une belle vue sur Ankazobe. L’école est entourée par un mur d’enceinte en terre rouge construit par les parents d’élèves et nous y accédons par un porche.

L’école est belle et bien entretenue. Elle dispose de 3 classes, d’un préau et d’un jardin. Un panneau solaire posé par Electriciens Sans Frontière, permet d’éclairer les classes.

Lors de notre visite des classes, nous sommes accueillis par les élèves en tablier bleu, qui d’une même voix scande  » bonjour madame « .
Chaque classe possède de grands tableaux qui sont bien remplis d’écritures à la craie . Il y a moins de supports papiers et de livres que chez nous, aussi tout est écrit au tableau.
Comme tous les écoliers du monde, ils sont fiers de montrer leur cahier avec les notes et les dessins. Nous les avons fait parler individuellement en leur demandant leur date de naissance et certains étaient vraiment très timides

En classe de CP j’ai assisté à l’apprentissage de l’écriture du « N ». Chaque élève écrivait à la craie sur leur ardoise et un petit garçon, qui à priori était gaucher, s’appliquait mais faisait une partie du « N » avec la main gauche et l’autre partie avec la main droite. Ils étaient tous très volontaires et recommençaient tant que le « N » n’était pas correctement écrit.

Puis lors de la récréation, nous avons animé un jeu. Dur, dur de se replonger dans le milieu scolaire mais finalement le jeu du facteur les a bien occupés.

Un autre jour, une fête a été organisée pour nous souhaiter la bienvenue avec des chants accompagnés de chorégraphie et un moment de danse libre qui a vraiment été très apprécié par les enfants, les maîtresses et les mamans. Les enfants étaient très joyeux et heureux de danser avec beaucoup de rythme. C’était la fête pour eux !

Nous leur avons distribués des vêtements, une tenue par enfant, donnés des cartables à ceux qui n’en avaient pas car ils ont des devoirs à la maison. Nous avons aussi apportés des jouets pour l’école : poupées, billes, cordes à sauter, petites voitures, ballons, ce qui a illuminé leurs visages de sourire.

Les mamans ont reçu une tenue et sont venues très fières et souriantes, bien habillées pour la prise de photo.

La cantine

A la cantine, les enfants se mettent en rang pour récupérer leur assiette de riz que leur donne les 2 mamans de service qui préparent le repas. Le riz est cuit avec du charbon de bois ou avec du petit bois rapporté par les élèves. Ils vont tranquillement s’asseoir sur une marche pour manger leur repas avec appétit, plat de riz avec des brèdes (comme des épinards) ou riz et pates.

Nous avons passé de bons moments avec les enfants et leurs maîtresses, et surtout nous avons été ravies de voir des enfants heureux d’être à l’école.

Photos prises par Jeanine à l’école de la Terre des Grands Arbres

Anecdotes sur le voyage à Ankazoube – l’école (Partie 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *